La première édition de la classique cycliste Puisaye-Forterre – Souvenir Philippe GERBAULT - a été présentée à tous les élus et à la presse à l’Orangerie du Château de Saint-Sauveur-en-Puisaye. Cent vingt engagés y sont inscrits. Ils devront parcourir 160 kilomètres de route entre Saint-Fargeau et Toucy. Une course qui ne peut que sourire aux audacieux…

 

SAINT-SAUVEUR-EN-PUISAYE : C’est sûr : « La course peut sourire à un audacieux ». L’estimation émane de Jérémy MAISON. Ancien coureur professionnel, il était présent à ce rendez-vous pour présenter l’épreuve. Cet Icaunais a grandi au Vélo Club de Toucy (VCT) et l’attachement y est fort.

André ARRAULT, vice-président du VCT, n’a pas caché les difficultés du temps. La recherche des financements est une épreuve avant les épreuves d’une saison. Il témoigna de la force et de la volonté d’une équipe resserrée après la disparition de son président Philippe GERBAULT. Il évoquera ensuite la décision prise de reprendre son souffle, une marche plus bas pour mieux rebondir.

« L’Yonne est une pépinière de champions » confirma Jérémy MAISON. Il veut donner à une nouvelle génération une chance au moins égale à celle qui fut la sienne. Attirer les jeunes est son objectif pour cette première édition.

 

 

Tenir les murs ne permet pas de grandir…

 

Cette nouvelle classique disputée en Puisaye-Forterre doit stimuler et inciter des adolescents à appuyer sur les pédales. Pour ce coup de projecteur sur un sport populaire par excellence, Jérémy MAISON remercia vivement Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI, président de la Communauté de communes de Puisaye-Forterre, ainsi que tous les maires ayant soutenu le projet.

« Cette course sera une vraie réussite » : Jean-Philippe SAULNIER-ARRIGHI l’affirme. Il ajoute qu’il souhaite son renouvellement chaque année, avec un engagement renforcé au fil des ans grâce au soutien de tous les maires.

Gilles ABRY, conseiller départemental, rappela que le sport a toute sa part dans l’éducation. Quant à Gilles DEMERSSEMAN, conseiller régional, il a hâte de voir les images de l’épreuve car le parcours est remarquable. Le député Guillaume LARRIVE devait ajouter que « la course en équipe est une belle leçon de camaraderie ».

 

 

L’unanimité de tous les élus séduits par la formule…

 

Tous les élus ont affirmé haut et fort leur volonté de tout faire pour que cette première édition soit suivie de nombreuses autres, année après année. Le premier vainqueur inscrira donc son nom dans les livres d’histoire. Pas seulement pour avoir conquis les « pavés de Toucy »…

 

Thierry CARABIN

 

banniere article client arts de vivre

C’est dans la boîte depuis cet été ! Logique quand on est à la tête de la Maison de l’Entreprise et que l’on tient fermement les rênes de cette institution ayant pour objectif premier l’accompagnement des entrepreneurs ! La venue de l’un des esthètes de la conférence, l’économiste Philippe DESSERTINE à Auxerre, vient d’être confirmée par Claude VAUCOULOUX. Ce sera le 20 janvier 2022 à l’occasion des vœux. Qu’on se le dise : il faut déjà réserver sa place !

 

AUXERRE : Voilà une nouvelle qui ravira tous les amoureux de la vulgarisation économique proposée avec un brio et un zeste d’humour par l’un de ses plus dignes représentants ! Comme il l’avait déjà assuré par le passé, Philippe DESSERTINE se déplacera dans l’Yonne, lors d’une cérémonie des vœux qui ne devrait pas manquer de piment ! Une manière très agréable de bien débuter la nouvelle année.

On connaît l’appétence de Claude VAUCOULOUX, délégué général de l’UIMM et du MEDEF, à créer de l’événementiel en le rendant à la fois riche, intellectuel et constructif au niveau des idées.

Luc FERRY, Yves THREARD, Christophe BARBIER et d’autres débatteurs de belle envergure se sont déjà exprimés sur l’estrade de l’amphithéâtre de la Maison de l’Entreprise pour y dévoiler leurs savantes théories afin de comprendre les soubresauts du monde, à défaut de le refaire.

Cette fois-ci, c’est le président du Cercle de l’Entreprise, universitaire et économiste Philippe DESSERTINE qui s’y colle dans le rôle de l’orateur d’un soir, devant distiller sans modération des messages de fond. Avec en guise de support un nouvel ouvrage à la clé, publié en mai dernier, au titre très évocateur : « Le Grand Basculement ».

 

 

On imagine aisément que le membre du Haut Conseil des finances publiques ne se privera avec moult exemples de nous narrer sa vision du monde d’aujourd’hui. Mais, surtout de demain !

Un monde frappé par la pandémie de la COVID 19 et les rivalités inquiétantes opposant la Chine aux Etats-Unis qui ne peut plus faire machine arrière dans son mode fonctionnel.

Optimiste de nature, l’économiste devrait nous abreuver de pistes de réflexion judicieuses pour mieux appréhender ces bouleversements inédits et spectaculaires. Un antidote pour mieux y faire face ?

A biffer sur les agendas de 2022, à la date du 20 janvier ! Les premiers à s’inscrire seront les mieux placés !

 

Thierry BRET

 

banniere article client arts de vivre

 

Initié en 2018 par la Direction ministérielle à l’Accueil et à l’Intégration des Réfugiés (DIAIR) conjointement avec l’Agence du Service civique, le projet « Volont’R » a pour objectif d’impliquer à la fois des jeunes français et de jeunes réfugiés dans le cadre des Services civiques. La Ligue de l’Enseignement a répondu à l’appel en accueillant sept jeunes afghans et soudanais âgés d’une vingtaine d’années, et autant de jeunes français désireux de s’impliquer dans une mission d’intérêt général pendant huit mois.

 

AUXERRE : Les panneaux réalisés par les jeunes pour rendre compte de cette riche expérience sont exposés aux Résidences Jeunes de l’Yonne jusqu’au 22 septembre.

Si pour les jeunes Français, cette action a été l’occasion de nombreuses découvertes, elle le fut plus encore pour les jeunes réfugiés. Ils avaient à leur programme huit heures par semaine d’enseignement du français dispensées par l’association CLEF ainsi qu’une journée par mois d’accompagnement vers un projet d’avenir professionnel et une formation citoyenne de six jours dans le cadre du Contrat d’Insertion Républicain.

Chacun des binômes formés d’un jeune français et d’un jeune réfugié a eu l’occasion de participer à plusieurs actions de bénévolat. Que ce soit lors du Festi Coccinelle, du festival Partir en livres, de l’Oxfam Trailwalker ou de la Marche verte.

Ils ont pu également visiter l’AFPA et se préparer à un job dating à la Mission locale ou encore découvrir la Micro-Folie.

 

 

L’un des moments forts fut la création d’une pièce de théâtre, sous la houlette de la compagnie « Tribu d’essence ».

Prendre la parole en public en français en surmontant l’émotion et le stress ne fut pas une mince affaire mais reste un moment privilégié d’ouverture aux autres.

Ces jeunes gens disposent à présent d’un petit bagage qui devrait leur permettre de poursuivre leur chemin : reprise d’études pour certains, projet professionnel pour d’autres. Kamal se dit intéressé par une formation de mécanicien, Zarwaly se verrait bien boulanger, tandis que Maëlyss se destine à une école d’éducateurs.

 

Claire CIUPA

 

banniere article client arts de vivre

 

 

Distinction honorifique méritée pour l’une des expertes de cet art martial, très prisé des jeunes Français, et auréolé de nouvelles médailles aux derniers Jeux olympiques de Tokyo ! Référence départementale, Jennifer KEBBACH a reçu une nouvelle récompense pour la qualité du travail accompli ce samedi en mairie de CHEVANNES…

 

CHEVANNES: Instant solennel pour l’éducatrice sportive de l’Yonne, Jennifer KEBBACH. Samedi en fin de matinée, le maire de la localité de l’Auxerrois Dominique CHAMBENOIT lui a permis d’étoffer son palmarès, tant sportif que représentatif des bienfaits pédagogiques transmis à la société, en lui remettant le diplôme « Jeunesse et Sport » au nom des services rendus à la cause promotionnelle de sa discipline.

Celle qui possède un cinquième dan et demeure l’une des représentantes la plus gradée du judo icaunais franchit donc une nouvelle étape. Un palier qui montre la voie aux jeunes pousses qui rêvent d’en faire de même sur les tatamis.

La jeune femme a également reçu les félicitations de la première adjointe de la commune, Anna CONTANT.

 

Thierry BRET

 

banniere article client arts de vivre

Le Conseil départemental de l’Yonne poursuit peu à peu la rénovation des collèges dont il assure la gestion. Réhabilité en 2014, le collège Claude-Debussy dévoilait aux élus un restaurant scolaire, entièrement rénové, dont la surface a quasiment doublé. Afin d’optimiser l’accueil des élèves au moment des repas…

 

VILLENEUVE-LA-GUYARD : Entièrement financés par le Conseil départemental à hauteur de trois millions d’euros, les travaux du restaurant scolaire du collège Claude-Debussy ont pris fin en octobre 2020.

Un chantier très attendu depuis de nombreuses années par le personnel puisque cet espace, construit en même temps que l’ensemble de l’établissement en 1991, était vétuste et inadapté à l’activité de restauration depuis un moment.

Le réfectoire d’origine a été refait et mis aux normes à 100 %. Il présentait aussi des problèmes d’isolation et de forte résonnance, en raison d’une hauteur sous plafond très élevée, abaissée grâce à la pose de faux-plafonds.

Le projet a même prévu une touche ergonomique pour les agents. Le mobilier, à la fois plus esthétique, pratique et confortable, est plus léger afin que ces derniers puissent les manipuler plus facilement au moment de l’entretien de la salle.

L’ajout d’une extension d’environ cent mètres carrés a permis de pallier au manque de place. En effet, prévu à l’origine pour 250 demi-pensionnaires, le restaurant scolaire en accueille plus de 400 (420 en 2021) depuis plusieurs années, sur 545 élèves au total.

« Avant ce n’était pas une salle qui était optimale pour les agents. Là, on travaille en pleine lumière » confie la gestionnaire du collège. « Tout a été repensé. Normalement, on ne peut qu’être bien ».

 

 

La nouvelle cuisine fait le bonheur du chef…

 

Chef cuisinier du collège depuis quatre ans, après onze années en tant que second, Bruno QUARTON se réjouit de bénéficier d’un espace refait également, plus grand et mieux aménagé.

D’autant que ce chef est un adepte du « fait maison ». Il fabrique lui-même les sauces, les soupes, les trois quarts des pâtisseries et des entrées chaudes. Il privilégie de plus en plus les circuits-courts et les produits frais, bios de préférence.

Tout le matériel, appareils et accessoires de cuisine, a été remplacé. La cuisine du collège possède donc « une préparation chaude, une préparation froide et une légumerie aux dimensions plus que correcte » précise Bruno QUARTON.

Les règles d’hygiène peuvent être enfin respectées à la lettre, notamment par l’aménagement de quatre chambres froides.

« Auparavant, je disposais d’une seule chambre froide où se mélangeaient les légumes terreux, la viande, les yaourts… ».

Alors que ces aliments doivent normalement être conservés à des températures différentes et donc séparés.

De plus, les agents affectés à cette activité possèdent désormais leur propre vestiaire. Alors qu’auparavant, tous les personnels d’entretien et de cuisine utilisaient le même.

 

Floriane BOIVIN

 

 

banniere article client arts de vivre
Page 1 sur 280

Articles

Bannière droite accueil