Nouvelle touche de féminité à la tête de la structure associative de l’Yonne. Aux côtés de l’inamovible directrice, Isabelle JOAQUINA, Claire BUCLET-DUCHET officiera en qualité de présidente après l’adoubement unanime du conseil d’administration, composé pour l’essentiel de représentants masculins !

 

AUXERRE : Une page se tourne au sein de la sphère décisionnelle de RENOUER 89. Une page ? Plutôt un ouvrage abondamment garni de feuillets bien remplis tant l’ancien président Roger KAOUA avait su marquer de sa présence l’organisme bien connu des Icaunais.

Lundi en fin d’après-midi, le conseil d’administration de l’association positionnée dans le domaine de l’insertion a accordé ses voix et son entière confiance à une candidate qui briguait la fonction suprême : Claire BUCLET-DUCHET, figure connue et reconnue du paysage associatif de notre territoire.  Un conseil d’administration 100 % masculin qui n’aura donc pas hésité à placer sur une orbite l’une des leurs.

Formant un binôme que l’on suppose déjà efficace sur le papier, avec la directrice Isabelle JOAQUINA, Claire BUCLET-DUCHET fera sans doute valoir sa très riche expérience des relations humaines et de sa connaissance accrue du terrain et de son employabilité pour gouverner le navire RENOUER 89 à bon port. Celui de la réussite dans les nombreuses missions qui lui incombe.

 

 

Les résultats obtenus en 2020, malgré la complexité de la conjoncture, sont éloquents pour l’association dont le siège social est à Auxerre.

75 200 heures de travail, assurées par 440 salariés, ont été effectuées dans le sérail départemental et 55 autres salariés ont été accompagnés en chantier de maraîchage bio et espaces verts. Quant au taux de sortie vers l’emploi, il s’élève à 74 % de manière globale.

Précisons que RENOUER 89 met à disposition du personnel sur l’Auxerrois, le Chablisien, le Coulangeois, la Puisaye-Forterre et le Tonnerrois. Un chantier maraichage biologique est assuré dans le Migennois. Enfin, RENOUER 89 intervient sur des chantiers d’entretien d’espaces verts (Auxerrois, Chablisien, Florentinois, Jovinien, Migennois).

 

Thierry BRET

 

 

 

banniere article client arts de vivre

 

 

Dix-neuf années vécues à la Maison Familiale Rurale (MFR) de Villevallier ! Cela ne peut s’effacer de l’esprit en une poignée de secondes. Alors, nécessairement, au moment du départ définitif et des adieux, il y a avait de l’émotion dans l’air pour l’intéressé et les convives qui ont assisté avec réel plaisir à cette réception conviviale…

 

VILLEVALLIER : 2002/2021 ! Une paille pour le directeur de la MFR ! Alors, au moment de célébrer le départ définitif de l’établissement et de dire au revoir, en compagnie de proches collaborateurs et de personnalités (pas moins de deux sénatrices, Marie-Agnès EVRARD et Dominique VERIEN, ainsi que la députée de la troisième circonscription, Michèle CROUZET), l’émotion fut à son comble pour le garçon qui a connu différentes étapes professionnelles au sein de la maison.

D’une part, Yannick VILLAIN y fera ses gammes en qualité de moniteur de cuisine. Douze années plus tard, il succède à Jerry BRUNET à la direction de l’établissement.

Le chemin est alors tout tracé : redonner ses lettres de noblesse à la MFR, en multipliant les initiatives et les partenariats.

A ce jeu-là, Yannick VILLAIN, très investi localement en qualité d’élu (La Celle-Saint-Cyr) où il est nommé maire, obtient des réussites. L’équilibre financier de la structure est retrouvé. Quant à l’effectif, il ne cesse de croître, passant de quatre-vingts élèves à cent vingt apprentis qui s’illustrent dans les différentes formations enseignées.

 

 

Sans compter le million d’euros de travaux investis pour redorer l’ensemble immobilier.  

Aujourd’hui, c’est dans la périphérie de Châlons-en-Champagne, à AUVE, que ce personnage au cœur gros comme ça s’est posé afin de relever un nouveau défi, suite à la sollicitation de la Fédération Grand Est du réseau des MFR.

Durant trois ans, Yannick VILLAIN retroussera les manches comme il en a l’habitude pour restaurer le blason de cet établissement marnais. Selon des schémas organisationnels dont il a la parfaite maîtrise.

Son successeur se nomme Yann WINDENBERGER. Il est en poste depuis le 16 août dernier…Bon vent, Yannick !

 

Thierry BRET

 

 

banniere article client arts de vivre

Plus de 250 postes sont à pourvoir dans la filière viticole en ce mois de septembre pour participer aux traditionnelles vendanges dans l’Yonne. Pôle Emploi et l’ANEFA ont organisé ce mardi matin à Auxerre une permanence afin d’accueillir toutes les personnes susceptibles de rejoindre les vignobles pour une durée d’une quinzaine de jours…

 

AUXERRE : Le gel et la maladie (le mildiou entre autres) ont fragilisé les grappes de raisin cette année. Conséquence : leur récolte nécessite une approche quasi manuelle dans les vignobles. Au grand dam des professionnels qui ont donc recours à un besoin de main d’œuvre très important.

Aussi, pour résoudre cette problématique à plusieurs inconnues lorsque l’on évoque le recrutement et son potentiel, Pôle Emploi et l’ANEFA (Association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture) se sont penchés sérieusement sur la question. Ils ont organisé une permanence dans le hall d’accueil de l’organisme, ce mardi en matinée.

D’autant que plus de 250 postes sont à pourvoir de manière temporaire (une quinzaine de jours) pour répondre aux besoins des viticulteurs du cru. Toutes les personnes en recherche de job (étudiants, inactifs, retraités) peuvent prétendre à ce recrutement qui ne requiert pas de profil type particulier.

Parallèlement, et pour une période de quatre mois, les viticulteurs offrent des emplois de saisonnier devant assurer la taille dans les vignobles. Principalement ceux de Chablis et de ses alentours.

A contrario, ces postes doivent intéressés un public plus expérimenté possédant un certificat de taille.

 

 

Le marché caché des vendangeurs est encore plus éloquent : 700 postes recherchés !

 

Si 250 offres sont d’ores et déjà disponibles pour grossir les rangs des vendangeurs s’affairant sous le soleil de cet été indien vécu dans l’Yonne, les instigateurs de cette campagne de sensibilisation estiment à plus de 700 le nombre de postes vacants dans le marché caché de la filière.

Autant dire que celles et ceux qui veulent s’activer parmi les vignes pour y cueillir le fruit de la récolte (tant en grappes qu’en numéraire) peuvent le faire sans l’once d’une difficulté cette saison.

Désireux de distiller le maximum de renseignements sur le sujet, les services de Pôle Emploi ont également placé un mur affichant des références dans le hall d’entrée du site auxerrois. Ce mur répertorie chacune des offres en quête de besoin.

Animatrice au sein de l’ANEFA Yonne, France LAHUTTE a tenu la permanence en cette matinée de mardi pour répondre à toutes les interrogations.

Précisons enfin qu’une autre filière de l’agriculture, celle de l’élevage, recherche une centaine de personnes afin de rejoindre les exploitations réparties sur notre territoire.

 

Thierry BRET

 

banniere article client arts de vivre

 

Culture et tourisme dans la pratique ne peuvent faire que bon ménage, il va de soi. D’ailleurs, la vice-présidente du Département de l’Yonne, Isabelle FROMENT-MEURICE, ne s’y est point trompée au lendemain des échéances électorales. Elle avait esquissé le rapprochement naturel entre ces deux items, inséparables. L’élue prend donc les rênes de l’Agence de développement touristique et relais territorial de l’Yonne (ADTY). De la pure logique, en somme…

 

AUXERRE : Cela n’a pas fait un pli ! A l’unanimité, Isabelle FROMENT-MEURICE s’est installée dans le fauteuil présidentiel de l’Agence de développement touristique et relais territorial de l’Yonne, au terme de l’assemblée générale organisée à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat ce lundi 06 septembre.

Un fauteuil qui était suspendu à une nouvelle désignation d’une présidence depuis la non-réélection d’Anne JERUSALEM, aux échéances départementales de juin dernier.

A ce titre, la nouvelle figure incarnant la promotion du tourisme et le rayonnement de la culture sur notre territoire n’a pas tari d’éloges et de remerciements son prédécesseur. L’élue du Tonnerrois avait, en effet, largement rempli ses missions dans le cadre du Schéma touristique départemental qui courait de 2017 à 2021.

Certes, la crise sanitaire a perturbé quelque peu une partie de ce schéma directionnel. Désormais, la nouvelle présidente réfléchit à l’ossature de ce nouveau projet, prenant en compte les cinq prochaines années à venir en y englobant 2024, synonyme de Jeux Olympiques à Paris. Et de ses effets gigognes sur le département le plus septentrional de Bourgogne Franche-Comté qui aura un rôle à jouer dans le cadre de la mission Yonne 2024.

Investie, pugnace, communicante : Isabelle FROMENT-MEURICE n’a éprouvé aucune difficulté à obtenir les suffrages du conseil d’administration de la structure.

Cette figure de proue de la majorité départementale pourra s’appuyer sur une équipe où siègeront trois vice-présidents dont la référence incontournable de l’histoire et du patrimoine dans l’Yonne, Bernard BROUSSE, président de l’Office de tourisme de Sens et du Sénonais, en charge des OT&SI.

 

 

En savoir plus :

 

Composition du bureau de l’agence Yonne Tourisme :

Bernard BROUSSE, vice-président des OT & SI ; Patrick HENRY, vice-président en charge des labels ; Yann COUSIN, vice-président en charge des prestataires commercialisés ; Béatrice KERFA, secrétaire général ; Anne DELMOTTE, secrétaire générale adjoint ; Jean-Pierre VAURY, trésorier ; Patrice HENNEQUIN, trésorier adjoint.

 

Thierry BRET

 

banniere article client arts de vivre

 

2 CV, Peugeot 404, Aronde, Simca 1000, 4 CV, Traction Citroën…on se croirait revenu aux temps bénis des trente glorieuses ! Ces fameuses années 1950, 1960 et 1970 que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, comme le précise la chanson. Une époque révolue où le pont Saint-Nicolas était impraticable avec ses embouteillages monstres. Ces fameux « bouchons » reconstitués dans un souci d’authenticité…

 

JOIGNY : Les férus de voitures de collection ne manqueront pas le rendez-vous proposé ces deux jours dans la grande ville du Centre Yonne. Après le passage il y a quarante-huit heures de la concentration « OPTIC 2000 » qui a traversé le département de part en part pour faire étape à Avallon, c’est au tour des « Bouchons de Joigny » de se rappeler au bon  souvenir des aficionados de belles cylindrées.

Disparue du calendrier 2020 comme un très grand nombre de manifestations balayées par la vague de la COVID-19, l’animation, sixième du nom depuis ses origines, nous revient servie dans un très bel écrin, mélangeant joie de vivre, ambiance, musique et même habillement d’époque.

 

 

Concoctée par l’association des Vieilles Coquilles Icaunaises, l’Office du Tourisme de Joigny et du Jovinien et la Ville, cette concentration de références indéniables de l’automobile servira de prétexte à la fête, dans sa version nostalgique pour celles et ceux qui se remémorent toujours les grands rushs provoqués par les vacances estivales sur la fameuse Nationale 6.

 

  

 

En savoir plus :

 

Programme :

Samedi 04 septembre : apéro concert de 19 h à 21 heures quai Henri-Ragobert avec le groupe DOG HOUSE. A partir de 20 heures, soirée sixties avec le groupe TERREUR TWIST et Cora LYNN & the RHYTM SNATCHERS.

Dimanche 05 septembre : à partir de 10 heures reconstitution du bouchon sur les quais, le pont Saint-Nicolas et l’avenue Gambetta avec le défilé des voitures anciennes. Puis à partir de 12h30 : exposition des automobiles et caravanes avenue Gambetta et Place du 11 Novembre. A 15 heures : concert au parc du Chapeau et défilé de voitures sur le thème de l’élégance.

Pass sanitaire demandé pour les visiteurs à partir de 18 ans au cours des festivités toute la journée.

 

Thierry BRET

 

 

banniere article client arts de vivre
Page 1 sur 240

Articles

Bannière droite accueil