Auxerre reçoit le diplôme du « Coquelicot d’Or » : l’éclosion au renouveau du centre-ville commercial est saluée

« Le directeur fondateur de « Centre-Ville en Mouvement » Pierre CREUZET a remis le diplôme de « Coquelicot d’Or » à l’édile d’Auxerre Crescent MARAULT, entouré pour la circonstance de la première adjointe Carole CRESSON-GIRAUD, d’Isabelle JOAQUINA, adjointe en charge du Commerce, de Nordine BOUCHROU, adjoint à l’Urbanisme, du préfet Henri PREVOST et du préfet Rollon MOUCHEL-BLAISOT… ». « Le directeur fondateur de « Centre-Ville en Mouvement » Pierre CREUZET a remis le diplôme de « Coquelicot d’Or » à l’édile d’Auxerre Crescent MARAULT, entouré pour la circonstance de la première adjointe Carole CRESSON-GIRAUD, d’Isabelle JOAQUINA, adjointe en charge du Commerce, de Nordine BOUCHROU, adjoint à l’Urbanisme, du préfet Henri PREVOST et du préfet Rollon MOUCHEL-BLAISOT… ». Crédits Photos : Thierry BRET.

Fragile, cette petite fleur des champs ? Pas si sûr ! Certes, elle ne se développe que dans des endroits propices à son épanouissement, dépourvus de toute pollution. Mais, sa prolifération se veut rapide. Eclatante, sa couleur vive représente l’ardeur, le dynamisme, l’action. Elle est devenue le symbole de l’essor et du rayonnement des cœurs de ville, soutenus par « Centre-Ville en Mouvement ». Son directeur national était présent à Auxerre, encore toute auréolée de sa nouvelle distinction…

 

AUXERRE: « Comme un p’tit coquelicot, mon âme, comme un p’tit coquelicot… ». La célèbre ritournelle de Marcel MOULOUDJI, créée en 1952, a-t-elle influencé les responsables de « Centre-Ville en Mouvement » dans le choix du symbole floral qui conviendrait le mieux pour traduire ce désir de « refleurissement » commercial des cœurs historiques de nos agglomérations ?

La question n’a malheureusement pu être posée à l’issue de la remise de la distinction du jour à Pierre CREUZET, directeur fondateur de la structure associative qui récompensait l’édile d’Auxerre et président de l’Agglomération de l’Auxerrois Crescent MARAULT.

Pour autant, certains de celles et ceux qui avaient plus de vingt ans parmi cette assistance hétéroclite d’élus et de représentants institutionnels ont peut-être intérieurement chantonné cette référence musicale, fleuron onirique de la chanson hexagonale.

 

 

Un copieux plan de relance sans dose homéopathique…

 

Les quelques mots prononcés à l’issue de cette brève cérémonie, concoctée à l’hôtel de ville ce vendredi 28 mai au matin, par le premier élu de la localité faisaient part de sa fierté. Celle de se voir attribuer une distinction nationale qui salue les initiatives qui sont et vont être déclinées en faveur de la dynamique commerciale.

A la lecture du copieux plan de relance qu’il souhaite administrer sans dose homéopathique au bassin de l’Auxerrois et à sa ville phare, devenue son territoire de prédilection, au cours de la prochaine décennie, l’élu de la droite et du centre droit, à la manœuvre depuis bientôt un an, veut mettre le paquet pour rendre son lustre aux commerces du cœur de ville.

Son plan de redynamisation s’articule en divers points s’imbriquant les uns les autres, allant de la réhabilitation de l’habitat à la maîtrise du foncier en passant par la mise en place d’une politique de loyers maîtrisés, sans omettre la densification des projets commerciaux.

Parmi les particularismes évocateurs qui ont été dévoilés à ce spécialiste national du commerce et de l’artisanat en centre-ville qu’est Pierre CREUZET, la rénovation programmée du marché de l’Arquebuse, la création d’un concept original de « halle » installée en centre-ville ou encore le lancement d’un concours de restaurants éphémères.

Une idée qui ne devrait que séduire les acteurs économiques déjà investis localement pour soutenir la filière des métiers de bouche. On pense ainsi à Philippe BULANT, directeur de METRO, qui aura beaucoup œuvré depuis le début de l’année pour sortir de l’ornière les professionnels en réel manque de chiffre d’affaires.

 

 

Le coquelicot, symbole de bonnes actions qui fleurissent chaque année …

 

Alors, recevoir le diplôme du Coquelicot d’Or n’a rien d’anodin en soi pour la capitale de l’Yonne qui procèdera bientôt au recrutement d’un manager de centre-ville.  

Au-delà du symbole et de son emblème fleuri, ce prix confère une ambition nationale au projet de développement auxerrois de ce commerce de proximité à ressusciter coûte que coûte.

Il en va de l’attractivité territoriale de l’agglomération icaunaise. Il en va aussi du rayonnement de notre cité et de son poids réel parmi les centaines d’autres villes de l’Hexagone qui détiennent elles-aussi ce précieux symbole à l’inspiration champêtre. Ce coquelicot nous rappelle que d’année en année, ce sont les bonnes actions qui fleurissent autour de nous, afin de redonner vie et réactivité à des cœurs de villes qui en ont plus que jamais grandement besoin…Espérons que cette éclosion nouvelle portera ses fruits pour notre territoire.

 

Thierry BRET

 

 

 

 

Articles

Bannière droite accueil