Le « changement » : credo stratégique de « Fiers d’être artisans » pour rendre ses lettres de noblesse à la filière artisanale

« Plusieurs leaders de syndicats et organisations professionnels sont venus entourer la double tête de liste de ces élections consulaires 2021, Baptiste CLERIN. Porte-voix de « Fiers d’être artisans », ce dernier résume la campagne en une seule phrase : « Il est temps de changer ! ». « Plusieurs leaders de syndicats et organisations professionnels sont venus entourer la double tête de liste de ces élections consulaires 2021, Baptiste CLERIN. Porte-voix de « Fiers d’être artisans », ce dernier résume la campagne en une seule phrase : « Il est temps de changer ! ». Crédit Photos : Thierry BRET.

L’enjeu est de taille. Posséder ces cinq prochaines années la primauté représentative au sein de l’une des instances incontournables du paysage corporatiste de France : la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. Fédérant plus de quarante organisations et syndicats professionnels dont les poids lourds que sont la FFB, le CNPA, la CPME ou la FEP, la liste, conduite par Baptiste CLERIN, entend révolutionner les codes opératoires de l’exécutif consulaire. Au nom du sacro-saint principe du changement…

 

AUXERRE : « Le changement, c’est maintenant ! ». On a tous en mémoire ce fameux slogan politique qui accompagna la campagne du candidat François HOLLANDE à l’aune de sa gloire présidentielle. Faisant fi de toutes considérations politiciennes, l’annonce marketing fait recette !  

Mais là, dans le cas présent, le phrasé est quelque peu différent : « Il est temps de changer ! ». Un message bref, incisif, voire inéluctable qu’il serait de bon ton d’envisager sérieusement, selon ses instigateurs qui se veulent  impératifs dans la formule.

 

 

 

Oui mais voilà. Pour y parvenir, nulle autre alternative que celle de se soumettre à l’approbation majoritaire des suffrages : ceux exprimés par les artisans qui participeront aux élections des Chambres de Métiers et de l’Artisanat, édition 2021, comme tous les cinq ans !

Partant d’un postulat liminaire se voulant interrogatif sur l’implication exacte des actuels élus de l’organe consulaire lors de ce mandat, la liste « Fiers d’être artisans » ne souhaite plus endosser le statut de simple faire valoir de l’opposition. Mieux ! Ses candidats se sentent pousser des ailes qui pourraient les amener à la victoire finale, au terme de ce scrutin qui va se clore le 14 octobre.

 

 

Une liste dont la profession de foi repose sur l’engagement…

 

« Construire ensemble la maison des artisans » équivaut à un autre leitmotiv qui aiguise assurément les passions et nourris les certitudes. Qu’il s’agisse de la conquête de la région où il semblerait estimable que cinq départements sur huit aient à l’heure actuelle les préférences de cette liste ou stricto sensu sur chaque territoire départemental, les 306 candidats entendent bien porter haut leurs couleurs, identifiées par une volonté inexorable, celle de l’engagement.

Au cours de la présentation de sa composante icaunaise, en conférence de presse un évènement organisé au siège de la Fédération départementale du Bâtiment, plusieurs ténors du syndicalisme patronal de l’artisanat devaient se succéder à la tribune pour rappeler les réels enjeux de ce scrutin pas si anodin que cela.

Une prise parole explicative qui permit tour à tour à Eric MOUTARD (UMIH 89), Eric FOUCHER (CNPA), Didier MICHEL (FFB), Bruno JEANDOT (CFBCT) ou encore Olivier TRICON (CPME) de fourbir leurs armes mobilisatrices auprès de leurs partisans, venus assister ensuite à une rencontre animée par la double tête liste (région et département) menant la bataille, Baptiste CLERIN.

 

 

Le volet humain, axe prioritaire d’une campagne mobilisatrice…

 

Six engagements principaux servent de fil d’Ariane à cette campagne pour contrer les arguments de l’autre liste, « La Voix des Artisans », présentée entre autres par l’U2P, la CAPEB, la CGAD ou le CNAMS.

L’identité artisanale est l’une d’entre elles. De même le soutien aux valeurs de l’entreprise en rapprochant les élus du territoire à ceux de l’artisanat.

« Nous voulons un représentant des chambres de métiers au sein des commissions économiques des communautés de communes et d’agglomération… ».

On s’étonne d’ailleurs que cela ne soit toujours pas le cas tant les 250 métiers de la filière artisanale jouent un rôle moteur dans l’attractivité économique de proximité.

Nouer des liens avec l’Education nationale, histoire de promouvoir ces métiers auprès des plus jeunes, s’inscrit aussi par ricochet dans la logique des choses.

Mais, le programme « Fiers d’être artisans » n’est pas à court d’idées. Ni de déclinaisons.

 

 

L’accompagnement à la transformation économique intègre ses priorités. En créant un site Internet et une plateforme qui regrouperaient les offres de stages proposées dès la classe de troisième.

En insistant lourdement sur les contrats d’apprentissage et les lieux de formation qui sont proposés en région. Et, cerise sur le gâteau, grâce à la création et à l’animation d’une vitrine marchande qui serait orientée à 100 % sur l’artisanat. Dont il serait grand temps de rendre ses lettres de noblesse !

Au-delà de ce soutien et de cette valorisation indispensable à la filière, l’éventail de propositions de la liste souhaite par-dessus tout simplifier l’existence au quotidien des professionnels. Tant au plan administratif que législatif dès qu’un nouveau texte de loi entre en application.

Mais, le volet humain reste le point d’orgue de cette candidature. Renforcer les liens entre les artisans et l’organe consulaire est un item ainsi martelé sans cesse par les présentateurs de la liste.

« Nous voulons au moins un contact annuel personnalisé avec chaque artisan… ». Sans omettre la représentativité de la corporation vers l’extérieur. Via des foires et salons. Via des évènementiels et des rendez-vous ouvert au public offrant davantage de visibilité à la première entreprise de l’Hexagone : l’artisanat.

 

Thierry BRET

 

 

banniere article client arts de vivre

Articles

Bannière droite accueil